La franchise qui fait mal [pv. Basile]
 :: iii.zootopie :: centre ville :: quartier festif

Messages : 146
avatar
Eliott Powell
staff + cuisinier & youtubeur + panda
Sam 23 Juin - 16:53

la franchise qui fait mal × ft. Eliott & Basile
Devant ton verre, tu soupires légèrement en laissant ton regard parcourir la pièce, comme si tu cherchais quelqu'un du regard ou que tu attendais quelqu'un, ce qui était faux. Tu étais venu en solo ce soir, comme bien des soirs d'ailleurs et tu comptais bien en profiter, tu aimais bien ca toi, les imprévues, les personnes qui viennent vers toi d'elles même. Tu avais eu une journée assez difficile, il faut dire qu'il y avait eu beaucoup de clients et tu te sentais pas de cuisinier après une telle journée. Oui même toi pouvais en avoir marre de la cuisine.

C'est ainsi que tu t'étais retrouvé dans ce bar à attendre patiemment une nouvelle rencontre alors que tu aurais pu rester chez toi te reposer. En vrai tu te connaissais bien, dans ton état actuel, si tu ne cuisinais pas et si tu restais chez toi, tu savais que tu allais t'endormir et trop dormir c'est jamais bon, ca te fatigue encore plus. Tu profitais tranquillement de l'ambiance, un verre à la main, accoudé contre le bord du bar, tu observais les différents groupes de personnes discuter entre elles.

A vrai dire, actuellement, la seul personne hormis toi qui était seule était un autre homme, un blond, il n'avait pas encore croisé ton regard, alors, tu te disais qu'il devait peut être attendre quelqu'un, c'est peut être pour ca que tu n'es pas allé vers lui. Au bout d'un moment, tu consultes ton portable, constatant que ta dernière vidéo sur la préparation de cupcake a eut son petit effet. Tu l'as posté hier et voilà déjà plus d'une centaine de vues. Tu es assez satisfait de ce constat, même si a force, tu t'y attends.

Tu remarques rapidement que ton verre est vide, alors, pour ne pas te retrouver bourré au bout d'une heure, tu te contentes d'une citronnade pour continuer. Pas que tu ne sois pas fan de l'alcool mais tu restes prudent. Et depuis tout ce temps, il est toujours là…ce gars blond, seul, accoudé comme toi à ce bar. Tu vas finir par te demander s'il attend réellement quelqu'un, a l'idée que vous deux soyez seuls et que tu te prennes tant la tête, un léger sourire s'étire sur tes lèvres.
code by lizzou × gifs by tumblr


Eliott Powell




Invité
Invité
Mar 26 Juin - 11:54


✕ • • •





Humeur vide, journée lascive.
Tu ne noies pas tes non-dits dans un fond de verre, au contraire. Ton esprit est clair, tes doigts pianotent sur un écran brisé. Le rendez-vous est annulé. Sourcil haussé, t’aurais de quoi râler, d’être outré. Attendre dans le vide, y a rien de plus cupide. Tu sors un billet de ta poche, défroissant celui-ci entre ta paume et la table. Et puis tu sens un regard, deux pupilles qui te font lever les tiennes d’entre tes mèches.
Et tu souris.
Et tu t’attardes.
Tu pèses le pour, le contre, comme si une nouvelle rencontre allait à ton encontre. Y a pas mort d’homme à être de ceux qui papillonnent, qui se laisse aller à quelques infidélités. Car ta conscience te dit de rentrer, mais le reste de ton corps a une envie étrange de jouer.
Alors tu te lèves, cigarette aux lèvres.
L’air innocent, le regard ingénu.
« Excusez-moi, j’peux vous emprunter du feu? »
Et tu pointes du doigt l’extérieur, la terrasse. Comme pour intimer que s’il désire revoir son briquet, il aurait quelque peu intérêt à t’accompagner. Et tu souris, davantage à toi-même. Car tu te sentirais presque adolescent, à te servir d’une excuse aussi accablante.
Tu trouves un rebord sur lequel t’appuyer, allume la cigarette désirée.
« Désolé pour le kidnapping. Basile. »
Tu ne tends pas la main, tu te présentes de but en blanc.
Et tu scrutes son regard, y a quelque chose dedans qui te plaît, qui aurait le potentiel de te rendre faiblard. Tu le dévisages, un air de déjà-vu. C’est comme une virgule dans ta tête, une suite manquante que tu tentes de déchiffrer. Mais le vide reste blanc. Et sourire amusé, te mordant l’intérieur de la lèvre inférieure, y a un petit rire une sorte de ‘je me rend’ qui résonne dans le fond de ta gorge. « Ça va sonner bête hein mais… Ton visage, ça m’dit quelque chose. »
Tu passes du vous au tu, dans le fond tu t’en fous, t’es pas dans les conventions. Tes yeux sont rieurs et l’on sent que tu réfléchis vraiment, que tu tentes de te rappeler. Quelqu’un que t’aurait déjà croisé? T’en as pas le sentiment.
Tu t’en serais souvenu.
Ou peut-être pas d’ailleurs.
Et ça te frappe soudainement.
« Ah! Je sais. »
Tu souffles la fumée par-dessus ton épaule, sourcil haussé. Mais tu ne dis rien. T’avais pourtant été prévenu Basile, tu savais que tu serais joueur aujourd’hui. « C’est quoi le terme approprié? Parce que j’voudrais pas te vexer. » Vidéaste? Cuisinier? Il est un peu multi-fonction, une sorte de couteau suisse.
Et toi, tu sais pas comment définir les gens aux talents multiples. Trop d’étiquettes, de casquettes qu’on leur colle.


HRP — ♥︎





Messages : 146
avatar
Eliott Powell
staff + cuisinier & youtubeur + panda
Ven 6 Juil - 23:36

la franchise qui fait mal × ft. Eliott & Basile
T'avais vraiment l'air bête Eliott à attendre comme ca qu'on vienne te parler, à espérer que le gars du comptoir soit aussi seul pour combler ta propre solitude. Il finissait par croiser ton regard. Intérieurement, tu eus un court instant de surprise, mais extérieurement, tu montrais rien, persistant à rester fier. Il finit par s'approcher de toi. Il demande du feu. Haha, on dirait pas comme ça, mais tu fumes aussi, enfin… Tu fumes surtout pour te donner des airs, c'est pas vraiment une nécessité pour toi.. Idiot n'est-ce pas ? Dans tous les cas, tu es fier de sortir ton briquet de ta poche, un regard pétillant venant se former sur ton visage. Il le prend et te fais signe de l'accompagner sur la terrasse. Euh oké ? Il est plutôt direct lui, mais au fond ça te plaît, alors, tu le suis.

Tu finis par arriver sur la terrasse, un petit coin pour les fumeurs, ça se sent. Tu le regardes faire, il s'excuse, bon, soit. Par la suite, sur son exemple, tu prends toi-même une cigarette, l'allumant a ton tour. L'homme à côté de toi semble pensif. Il finit par ouvrir la bouche, tu lui dis quelque chose… Pour le coup, tu ne fais pas tout de suite le rapprochement, tu marques un moment de blanc, un regard interrogatif sur le visage.

Il finit par s'exclamer, il semble se souvenir. Toi tu en es sur, tu ne l'as pas encore croisé alors pourquoi se souvient-il de toi ?

Quand il prononce sa suite de phrase, tout semble limpide d'un coup. Ah oui, effectivement, ca ne pouvait être que ca, les vidéos. Tu souris légèrement te traitant toi même d'idiot intérieurement pour ne pas avoir pensé à ca plus tôt. Puis, tu te dis qu'a ce stade, c'est à toi de répondre.

« Mh. Moi-même je saurais pas vraiment comment me nommer, d'un côté je suis un cuisinier et d'un autre un créateur de vidéo tuto. »

C'est bien à savoir ça, tu sépares en permanence les deux. Les vidéos c'est plus de l'amusement alors que la cuisine en resto, c'est ton boulot. Les deux ont leurs charme. Tu souris t'appuis contre le mur, inspirant une (trop) grande dose de fumée, ce qui te fais tousser un peu. Oups, c'est toujours comme ca quand tu es en situation de stress car tu veux faire ton fier et paraître 'cool'. C'est à se demander quand tu comprendras que pour paraître cool il faut être naturel… Tu finis par te remettre de ta toux et tu continues sur ta lancée :

« ...Alors comme ça, tu regardes mes vidéos… Tu fais quoi exactement toi, sans vouloir être indiscret ? »

Un tutoiement direct, ça passe ou ça casse, mais en fait, le gars t'a déjà tutoyé du coup, tu t'en fais pas trop. Tu te contentes d'en rester là, te redressant, fier comme toujours.
code by lizzou × gifs by tumblr


Eliott Powell




Invité
Invité
Sam 14 Juil - 17:49


✕ • • •





Il y a un truc dans l’air, quelque chose qui fait qu’il n’y a pas de barrières. Franc mais pas indélicat pour autant, tu voudrais être ce type charmant. Mais avec tes mains dans les poches, ta dégaine de gavroche, t’hésites.
Qu’importe l’âge, le nombre de verres pour te rendre volage, l’incertitude fait un pied de nez à tes presque trente années. Est-ce que tu serais intimidé? En tout cas t’es amusé. Par cette drôle de situation, par cet étrange garçon.
La petite toux se fait entendre à la première bouffée,
T’évites de gentiment pouffer.
Mais ton regard se pose, l’auréole avec cet intérêt tout particulier. Il y a quelque chose dans sa position qui montre quelques crispations. Un manque de naturel, presque artificiel. Mais terriblement humain, si loin de se vouloir hautain.
Est-ce que ça te fais vibrer?
Y a des variations, des pics en oscillations au niveau de ton palpitant. C’est pas les montagnes russes, mais ça te surprend, c’est étonnant.
Ça se transmet comme une perfusion dans tes yeux rieurs, enjôleurs.
« Je vois… »
Tes narines s’enfument, tu prends silencieusement note. Sait-on jamais, si vous veniez à vous recroiser. Est-ce que tu l’espères? Qui sait.
« En tout cas merci. J’arrive presque à me nourrir grâce à toi. »
Car il ne faut pas compter sur tes capacités pour concocter des plats cuisinés. Tout finit désintégré, brûlé, c’est sûrement un manque d’intérêt qui te fais tout raté.
T’es concentré que quand ça t’arranges.
Et il est clair qu’une gueule d’ange capte davantage ton attention que le moindre travail ménager.
« Moi? »
Tu sonnes presque étonné, comme si cela ne suivait pas un schéma classique de conversation. Tu passes ta langue sur ton palais, esquive ton regard amusé. Mais tu peux pas t’empêcher de sourire, d’étire tes commissures, petites bariolures marquant les ridules.
« J'pense qu’on a passé le cap de l’indiscrétion. »
Ou plutôt, tu t’es amusé à donner un coup de pied,
Dans les conventions attendues et désirées.
Tu portes si bien l’impertinence, cette sorte de science.
« Je travaille pour la police. En tant que portraitiste. »
Tes mots se perdent dans les glaçons de ta boisson, embuent les parois. Et tu jettes ton regard, ton dévolue à la fois sur ce minois. Tu cherches à faire quoi? Tu ne sais pas, n’en sais rien, tu tires des plans sur la comète, ignore tes propres devinettes.
« J’aimerais pouvoir raconter des histoires… palpitantes, » tu racles ta gorge, sourcils haussés. Mais la vérité est que tu n’as rien d’un gardien de la paix, « mais je suis surtout un fonctionnaire finalement. »
Et tu te dis,
Viens,
Et si on se désintéressait de moi?
Si on revenait à toi?
« En fait j’t’accapare mais, ça se trouve, t’attendais quelqu’un, non? »


HRP — OK ALORS. j'suis hgirvkdnswx désolée j'avais pas DU TOUT vu que tu m'avais répondu, sinon j'aurais rep bien avant ;; quoiqu'il en soit sorry, jtm et j'espère que ça te convient! ♥︎





Messages : 146
avatar
Eliott Powell
staff + cuisinier & youtubeur + panda
Dim 12 Aoû - 20:20

la franchise qui fait mal × ft. Eliott & Basile
Crispé, ça tu l'es. Tu n'as pas l'habitude de te retrouver en tête a tête comme ça à fumer une cigarette avec quelqu'un que tu viens a peine de rencontrer. Tu tentes de jouer les gros dur en fumant mais ta toux ne trompe pas. Heureusement, même s'il l'a remarqué, il ne dit rien. Il se contente de te dévisager, te détaillant, et te répondant. Il te complimente sur tes vidéos ce qui te fait sourire, enfin un sourire, un vrai sourire. Tu continues de l'écouter. Alors comme ça, il est portraitiste pour la police ? Intéressant ! Tu clignes un peu des yeux a cette information, hochant la tête :

« Je vois, tu es donc aussi un artiste en quelque sorte. »

Claire que dessiner un portrait juste avec des infos de personnes ca relève presque du prodige. Tu es presque admiratif. Manquerait plus qu'il te montre comment il se débrouille et là, tu serais en admiration totale car le dessin, c'est toujours quelque chose qui t'as fasciné. Il continue sur sa lancée, expliquant qu'il n'a pas grand-chose à raconter contrairement à ce qu'on pourrait croire. Tu n'es pas déçu, tu es déjà content d'apprendre que ce gars est un artiste dans l'âme aussi.

« Faut pas se rabaisser comme ca, ce que tu fais, tout le monde ne pourrait pas le faire crois moi. »

Tu te sens déjà plus à l'aise maintenant  que tu sais en face de qui tu es. Tu le regardes, le détaillant à ton tour, te rendant compte que finalement, il a l'aire assez sérieux comme ça, finalement, ça ne t'étonne guère que son boulot soit dans la fonction policière. A peine tu as finit de prononcer ces quelques mots qu'il ré-ouvre la bouche.

« Mh. Non si ça peut te rassurer, j'attendais personne. Je suis plutôt du genre à me balader en solo et attendre de voir comment mes ballades vont tourner. »

Tu fais une légère pause, puis, tu finis par finir :

« Enfin, si toi tu attendais quelqu'un ou si tu es a simplement envie, on peut renter à nouveau, j'ai fini ma cigarette. »

Tu n'as pas beaucoup tiré de fumée, mais ça suffira pour sauver les apparences, à voir comment il va réagir maintenant.
code by lizzou × gifs by tumblr


Eliott Powell




Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1