coincé entre un whisky coca et un shot de tequila ✯ a m a d e u s
 :: iii.zootopie :: centre ville :: quartier festif

Invité
Invité
Sam 23 Juin - 20:53

Du rhum à chez moi, je sens qu’il n’y a qu’un pas mais je meurs
MUSIC • mon corps se déchaîne, je danse à perdre haleine et je meurs, je suis un amoureux du vice, un putain de terroriste et je meurs, sers-toi un dernier verre je veux que tu finisses par terre j’veux m’envoyer en l’air goûter l’atmosphère

On dit souvent qu'il ne faut pas chercher la merde avec n'importe qui ; c'est totalement vrai et pour la énième fois de sa vie, Clyde l'a apprit à ses dépends. Les mots sont venus tout seul, ils ont quittés ses lippes craquelées avec une facilité incontrôlé ; et le pire dans tout ça, c'est que même en s'prenant un coup de phalanges dans le nez, il ne les a pas regrettés. Parce que Clyde est comme ça, il dit les choses, même si y'a un risque que ça dérape ; il ouvre sa gueule quand il doit l'ouvrir ; les conséquences sont fortuites. Y'a du sang qui dégouline de son arcade suite à un coup de basket, un goût âcre qui coule le long d'sa trachée... Son regard est plus éloquent que les mots à l'heure actuelle ; il crible son bourreau de balle imaginaire ; la douleur est telle qu'il n'arrive pas à se relever immédiatement. Et c'est avec agilité qu'il le plaque au sol, ses genoux bloquant ses mains pour mieux pouvoir le mêler sans interruption. Mais on les sépare, sans crier garde et Clyde, il crache au sol sa frustration ((formé en un mollard bien sale.))

Une baston qui part de rien, tendu comme un string, une bombe à retardement qui a pété sans prévenir ; c'est ce qu'il est d'puis plusieurs jours et bien qu'il tente de prendre sur lui et de pas jouer au con ; le jeune homme fonce tête baissée dans la déroute que lui impose ses sentiments. Ses rangers tapent contre le bitume, le son de sa voix enroué perfore le silence avant que le moteur de sa bécane n'efface la sonorité de son agacement. Il n'a même pas pris la peine de mettre son casque ; il sait très bien où il va, d'puis plusieurs semaines, qui sont peut-être même devenues des mois, Clyde fini toujours par terminer sa soirée affalé au comptoir d'un bar ; la seule différence à l'instar des autres soirs ; c'est que cette fois-ci, il a la gueule en vrac. Le jeune homme accélère, grille un feu, puis deux, trop pressé d'effacer ce goût de sang qui lui décape la gorge ; il déteste ça, ça l'rend malade ((c'est juste crade...)) Un prédateur qui flippe du sang et qui répugne ? C'est à ni rien comprendre.

Ce soir, pas de course pour Clyde ; juste un shot de tequila, un verre de whisky, puis une vodka glacée. Matraqué son cerveau des vertus de l'alcool, en perdre la raison, s'égarer mentalement dans la pénombre, ne plus être capable de cogiter ; c'est là tout ce que le jeune homme cherche ((et ce, depuis des mois maintenant.)) Son cœur se serre petit à petit que les souvenirs lui reviennent ; ce qu'il doit étouffer à coup d'cigarette dès qu'il se gare pour ne pas prendre les nerfs. Le visage de Bonnie revient continuellement d'vant ses yeux cernés de noir... Profond soupir qui s'échappe de ses lèvres, Clyde dégaine une cigarette rapidement après avoir attaché sa moto, abreuvant ses poumons de nicotine et de goudron. Son nez continue encore d'lâcher ce liquide carmin qu'il tente d'essuyer d'un revers de main ; rien à faire, ça ne s'arrête pas. Haussement d'épaules lassent, le jeune homme jette son mégot une fois terminé, entrant alors dans le bar avec une nonchalance ancrée dans sa démarche. Tirant un tabouret et s'accoudant au comptoir, c'est avec une voix blasée qu'il commande sa première consommation du soir. « Un shot de Tequila s'il te plaît. »  

Le barman n'est clairement pas son ami, mais le fait qu'il soit un habitué lui fait croire qu'il peut se permettre de s'adresser à lui de façon familière. Nouveau soupir, joue déposée sur son poing serré, il attend avec impatience que le verre glisse le long du comptoir peu reluisant en bois. De sa main libre, il se masse la nuque avant de bâiller avec suffisance... Ce qu'il ne sait pas encore Clyde, c'est que t'es pas loin, que tu vas bientôt prendre place à ces côtés et que vous allez partir dans une discussion philosophique endiablé ((un rituel installé.))



ft. amadeus-senpaï • color F05B36 • hrp et voilà j'espère ça ira !




Page 1 sur 1