Les plumes de la beauté qui retournent sa mère
 :: vi.flood :: détente

Invité
Invité
Lun 2 Juil - 20:24

Oui, le titre est très imagé, désolé, j'suis tellement pas polie, vous pouvez me juger.
J'suis quelqu'un qui lis énormément les rps des autres m'voyez ?
Et qui peut pas s'empêcher d'lâcher des "oh, oh putain c'est beau."
(J'en viens pas à jouir non plus, prenez pas une voix sale en lisant c'que j'ai dis plus haut)
Du coup voilà, j'fais ce topic pour partager les petits coups de coeur qui détonne dans vos rps (y'a du crush moi je vous le dis, y'a de la pépite !)

Antigone - rp "Patate douce"
toute petite,
dans cette ville ou s’éparpille le monde comme des grains de sable,
toute petite, impuissante,
elle admire cette masse sans doute bruyante,
s’étouffant dans son silence.

Antigone - rp "Patate douce"
plus tard et sans compter les crasses, il a fallut gronder.
hausser la voix, s’époumoner,
prétendre parler avec des mots à moitié mâchés,
te faire face, toi
le gourou
un peu malhonnêtement, te reprocher tous les malheurs
geindre un bon coup, te pardonner,

se pardonner.


Dallas - rp "Nearly Spotted"
Tu n'étais pas vraiment méchant, ni hostile à sa présence et cette légère diablerie n'était finalement qu'une facette irrépressible de ton caractère. Tu ne te gênais pas non plus pour le tutoyer, puisqu'il en faisait de même, même si la première fois, cet aspect trop familier t'avais particulièrement irrité, surement dû à ton jeune âge, tu n'y apportais plus attention, maintenant que tu te trouvais dans une situation plus confortable.

Elise - rp "We did it again"
C’est en me redressant et en observant un peu ma chambre que je remarque qu’il y a un truc qui cloche. Mon appartement fait environ 20 mètres carrés, c’est facile de voir quand il y a quelque chose en plus. En l'occurrence, là, c’est dans mon lit.
Allongé à côté de moi, il y a quelqu’un. Je plisse les yeux, sceptique. A cause de la pénombre et de ma fatigue, j’ai du mal à voir de qui il s’agit. Je parviens finalement à apercevoir des cheveux bleus et un corps féminin. Et vue qu’on est toutes les deux vraisemblablement à poil, je crois que je commence à comprendre.

"Oh."

Sidney - rp "We did it again"
Nuit d’été, nuit d’alcool, nuit fauve ;
c’est une douleur lancinante d’une tempe à l’autre, la barre au front, le corps ankylosé qui se meut difficilement dans les draps fouillés, froissés — du sable plein les yeux lorsqu’elle bat des paupières, papillonne, les referme dans l’instant et étouffe un grognement dans l’oreiller. Elle tend le bras, rencontre le vide plutôt que sa table de nuit, portable porté disparu. Elle roule sur le matelas, les gestes lents et les muscles noués, réalise en forçant ses paupières à s'entrouvrir que rien n’est à sa place — même la fenêtre et les raies de lumière qui filtrent au travers des volets devraient être de l’autre côté.

((et un autre passage plus loin fufufu))

Mais le décor ne s’éparpille pas dans la demi-pénombre qui demeure encore de ce côté-ci de la pièce, alors elle ferme les yeux et y presse les paumes de ses mains pour invoquer son quatorze juillet personnel — elle cherche contenance, se sent nauséeuse, sans bien comprendre si c’est du trop d’alcool dont son corps la réprimande ou de l’idée de croiser ton regard ;
de te regarder en face, encore une fois.

Basile - rp "Stand by me"
« Tu sais, si tu veux mourir ce soir, ça peut s’arranger. Un coup de main et c’est fait. »
Et tu saisis son poignet, le regarde droit dans les yeux.
« Par quoi tu veux commencer? »
Comme pour lui dire, t’as pas le cœur à faire ça, Hannibal.
T’es un dalleux du désespoir, tu cours après ta chimère alors que tu ferais mieux d’appeler ta mère.
Arrête de pleurnicher sous prétexte que tu te fais pas faucher.
Sinon, viens, toi et moi, on peut s’arranger.

Voilà c'était ma première petite liste
J'en rajouterais d'autre par la suite \o




Messages : 75
avatar
Sidney D. Jimenez
staff + tatoueuse & youtubeuse + biche
Lun 2 Juil - 21:27

IHHHHHHHHHHHHHHH.
FEURHIUGHREIUGH OK OK OK OK OK.
JE.
AHHHHHHHH.
FRUHREIUGHURIGH. *sobs*
Je ???
Je ne sais plus où me mettre ???
MERCI ??? QwwwwQ

frughreiugh bon du coup moi aussi j'ai des trucs à partager bc j'ai passé mon aprem à lire des rp et how can i say that ; zootopia got talent ????

Clyde ;; vivre sur un fil
Hannibal, ce n'est pas Clyde ; Hannibal il est sociable et il a cette putain de tchatche ; mais ce ne sont que des faux semblants, un putain de masque ((parce que tout c'qu'il veut Hannibal, c'est s'foutre en l'air de façon bien sale.))

[et, plus loin, mon décès frjghugierh]

« Tu vas monter avec moi sur ma bécane ; j'espère que t'es charmée ? » Non non non non, qu'est-ce que tu fous 'spèce de con ? Tu tu l'étais juré putain, plus jamais quelqu'un avec toi sur ta bécane ! Arrête ça, reprend ton casque ! La main est tendue, le poids ne se fait pas pesant ; malgré les pensées qui tourne en boucle dans sa tête... Tu ne ressembles pas à sa Bonnie, North ; mais t'es une femme ; et y'a ce traumatisme sous-jacent qui lui ronge le crâne et son vital organe. Il sait très bien que ce n'est pas une bonne idée ((non, ça, seul Clyde le sait - Hannibal lui, il s'fout de pareils détails.)) Pas schizophrène, loin de là, il est juste perdu entre l'espoir de s'en sortir et cette putain d'envie de mourir. « Si ça peut te rassurer, je conduis tout le temps dans un état déplorable et il ne m'est jamais rien arrivé - tu vas reculer maintenant ? »

Ouais, à toi
à toi il ne t'es rien arrivé
Et t'étais pourtant sobre le jour ou tu t'es planté
Que vos corps ont misérablement roulé
Et que Bonnie a fini percutée

Son sourire est suspendu, les souvenirs afflux, mais Hannibal ne cille pas ; ce n'est pas son cas ((celui du "Clyde" qui sait que c'est m a l.))

[et puis cette phrase, un coup dans le bide eughreiug]

C'est ce qui vous lie, ce pourquoi vous vous côtoyer ; c'est pour ça que tu as signés ce soir ; pour risquer ta vie sans trembler.

North ;; vivre sur un fil

ô il est ravi, l'autre gosse qui veut jouer
à brûler le temps qu'il vous reste
comme si être jeunes et vivants était une insulte, comme s'il vous fallait vous consumer. ce soir encore, vous allez jouer
jouer à vivre ou à vous éteindre ((pitoyablement)) accrocs à l'adrénaline qui refoule l'ennui au second plan, qui l'asphyxie - vous anesthésie. alors un sourire triomphe sur tes lèvres reines, et de ses paroles tu t'amuses presque innocemment - constates ce qui pend au bord de ses lippes et arques un sourcil -
aisément tu visualises l'ennui
pour ce type à l'agonie
quand lui manque sa dose de danger

[et puis ça eughreiugheruig]

oh tu lui fais confiance
si c'est pour se planter.
une nouvelle taffes ; une nouvelle gaffe
et le voilà qui s'arme de ses craintes dont tu ne sais rien - pourquoi refuser le casque et la balade
tu n'hésites même pas
et si tu savais, si tu savais, aurais-tu hésité ? ((c'est même pas certain))
vous n'êtes pas à une mort-près
« pourquoi je reculerais ? »
parce que tu flippes
mais que t'es trop fière
alors plutôt surmonter cette barrière
celle qui te garde en vie - pour le moment
tu enfiles le casque puis ton regard s'illumine - bien trop intensément.
« qu'est-ce qu'on attend ? »

[non j'suis pas du tout fan de ce rp m d r]

Lazlo ;; étincelle fébrile

Les mains s’échouent dans les poches avec une posture désinvolte, comme à son habitude et le regard qui jamais ne se révolte. Ses billes charbonneuses fixent sa proie d’une œillade espiègle, sous un sourire du même acabit qui s’élargit dans ce lieu sans règles. La tête s’incline dans un petit bond afin de répondre à la question, les mots n’étant que plus superflus. Il semble percevoir la voix taquine des sentiments qui s’animent, North semble joyeuse et animée, loin de la contrariété. Sa posture se veut plus autoritaire, non pas pour faire le fier, mais le naturel ne peut rester en arrière.

[et puis ça, again]

Le corps félin se redresse d’un geste soudain, accédant à sa requête, il va vers sa quête. Il remet l’appareil autour de son cou, pour le garder au cas où (une esquisse, un délice, des lèvres qui frémissent). Ils font alors quelques pas ensembles, sous des pensées qui tremblent.

« - Ce sont des idées ou des reproductions ? »    

Tes dessins, sont-ils des idées parsemées (du fantastique, du magique) ou des croquis de visages illuminés ou paysages esquissés. Il se veut volontairement nébuleux, pour la laisser faire son aveu. Il ne va pas irrémédiablement la chercher, mais pas non plus la laisser s’en aller. Lazlo, sentence qui le condamne, des envies qui le damnent. Parce qu’il ne sait pas ce qu’il veut. Des mots, des bras qui le conforte, mais également de quoi mordre, des exaltations qui le transporte. Alors il y va y aller doucement, pour laisser la flamme s’embrasser lentement.

et puis North, dans le même topic ;;

« toi la photographie, moi le dessin. par curiosité, qu'as-tu capturé…? »
tes paroles en suspens - oh le danger. quelle idiote ; il serait si aisé de te retourner la question mais
lui veut fuir la conversation, la continuerait-il ? par curiosité ? non, bien sûr. la curieuse, c'est toi.
« pas moi, si ? »
mutine taquine ; tu t'avances pour fuir les nuages et tant pis si tu te trompes ; autant t'en amuser
et changer de sujet.

Antigone ;; empêtrée dans son silence

comme elle ?
capricieuse étourdie qui s’entiche de chimères, adulte inaccomplie tassée, éreintée par l’enfance (les traumatismes)

comme elle.

et tes mots mielleux qui sous la tristesse d’un amour gâché par cette chose qui la rend « comme elle » est,
tout un coup, l’amertume des agrumes
le feu des reproches


fallait-il lui rappeler qu’elle est « comme elle » est
fallait il, tout simplement, le rédiger sur papier pour l’encrer une fois de plus
marquer noir sur blanc des séquelles qui jamais ne seront éphémères
pourquoi sous ton air d’ismène, sous ta témérité d’Antigone,
fallait il que tu t’auto-proclame un instant créon,
pourquoi fallait-il emmurer vivante cette gosse qui lutte déjà suffisamment,
pourquoi north
de quelques coups de crayon
avais-tu dissous cette duveteuse atmosphère si singulière à son cœur ?

antigone ne saisit les mots que pour s’offusquer,
se protégeant d’un complexe, le déposant sur un podium
« eh, regarder, je suis sourde. ça amuse ? vous êtes mauvais. »
petite justice inique et maladroite,
pouvoir se lamenter
refouler et accepter les pitreries passées

antigone ne sait pas trop ce qu’elle fait,
mais si elle pouvait le crier
qu’elle souffre,
qu’elle se sent persécutée
qu’elle veut entendre,

alors elle le gémirait en sanglot.
mais aujourd’hui et simplement, elle lit ta note

s’interroge une fois encore

J'en ai 150.000 autres en réserve mais mon post est déjà long donc MDRRRR. Mais j'repasserai faire un tour par ici obligé 8)))


Sidney revendique en #46D6F0.

thx north ♡




Invité
Invité
Mar 3 Juil - 20:32

Il y en a beaucoup à citer,
des jolies plumes (genre j'pourrais citer des fiches entières sérieusement)
mais chaque chose en son temps

du coup j'viens citer aujourd'hui Bonnie ♥️

BONNIE — REMEMBER WHEN a écrit:
Et derrière ses yeux clos, Evangeline s'imagine un monde plus beau. Petite princesse aux ailes coupées, elle aspire à de plus grands horizons. Elle rêve liberté.

BONNIE — REMEMBER WHEN a écrit:
Peur de tomber dans un monde trop grand pour elle. Peur de l'inconnu. Peur de ne pas se relever. Evangeline. Timide poupée incapable de voler. Derrière la porte sa mère l'écoute. Silencieuse. Fatiguée. Elle aussi abîmée. Sur son visage se dessine des airs de bonheur et d'amertume. Evangeline rêve délivrance.

EDIT :

J'viens ajouter de la beauté par ici.

SUMMER — ONE MORE NIGHT a écrit:
Y a tes commissures qui veulent pas se relever, Summer j'crois, pourtant, t'as envie de les briser par un sourire forcé, tu l'jures que t'en as envie. Tu promets que t'as essayé. T'as envie de faire comme lui. Comme les grands. Apparemment il rit. C'est qu'ça doit être amusant.
Mais j'crois que t'as trop joué avec - c'est ça aussi l'manque de délicatesse.
Parce que t'sais, c'est l'jouet qui marche plus et qu'tu secoues avant d'le balancer parce qu'il sert plus à rien. Ce sont les jouets entre les mains d'enfants qui s'font testeurs de qualité mais j'crois que ton sourire n'y a pas résisté Summer - p't'être parce qu'il n'est pas de qualité.





Messages : 39
avatar
Ziggy T. Hamilton
étudiant en médecine | dealeur + koala
Mer 11 Juil - 3:46

thomasbb a écrit:
il a, au fond du cœur,
un roulis assidu
entre les vagues amères
les vagues latentes
d’une mémoire pugnace
(neurasthénie
                            sifflante)
il a, sur le bord des lèvres,
une houle où se bercent
des paroles si tôt refoulées
son corps sa chair tangue tout entier
toute entière à leur rythme décomposé.

comment dire
??????
?????????
strflh strflh strflh
ça fait peut-être un jour que je l'ai lu mais je m'en remet toujours pas






Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1