your future ((chrome))
 :: iii.zootopie :: centre ville :: quartier gastronomique

Messages : 16
Age : 22
Localisation : appart de bouseux
avatar
F. Alphée Grímr
professeur de sport + ratel
Lun 9 Juil - 11:39

Un décor brumeux, le sifflement irréel d'un lieu désert entouré de cette végétation morte et grisâtre. Il ne se reconnaît pas en ces lieux, ses sens s'affinent à chaque instant, quand soudain, il réalise une vérité important, une réponse incontournable à cette situation. Ce n'est qu'un rê—

C'est un bruit sourd qui le tire de son sommeil.
Il baille à s'en déchirer la gorge, cligne des yeux jusqu'à ce qu'ils acceptent de s'ouvrir définitivement. Alphée s'est endormi. Il redresse son corps engourdi, affalé sur le canapé de la salle des professeurs et regarde autour de lui, apprécie la présence de ce décor familier.
Il a le sang qui bouillonne dans les veines.
Quelle que soit l'heure, son énergie est toujours là, en attendant d'un peu d'exercice et d'un peu plus d'action palpitante au milieu de cette vie monotone. Pourtant, Alphée aime ça. L'enseignante, cette force calme de journées aux petits problèmes qui peuvent pourtant changer des vies.
Un simple sourire, quelques bons mots.

Aujourd'hui, Alphée n'avait pas beaucoup de cours à donner. Un seul ce matin, après un réveil difficile qu'il semblait être le seul à avoir surmonté et enfin, il est venu se réfugier ici pour y faire une sieste.
Vous pensez peut-être qu'un prof de sport n'en branle pas une.
Vous avez entièrement raison.
Alphée n'est pas un modèle de travail - après avoir préparé ses programmes en début d'année, suffisamment en détail pour avoir de la marge et des solutions de secours, il se contente de diriger ses cours et d'aider ses élèves à progresser un maximum dans les différents sports.

Cet après-midi, il est libre. Ou presque.
Alphée a quelque chose de prévu - et il n'est pas question de se dérober.
Cet après-midi, il a rendez-vous avec un élève. Avec un ami.
Il a rendez-vous avec Chrome.

***

Cinq minutes d'avance.
C'est le bilan après cette sieste un peu trop longue, si bien qu'Alphée a dû filer se changer sans manger. Son ventre ronronne, son téléphone est à peine chargé et il lui a fallu courir pour arriver sur place au café où il est censé retrouver Chrome. À force d'exercice, il n'est ni fatigué, ni transpirant - c'est l'unique bon point de la situation.
Sérieusement, pourquoi ne s'accorde-t'il jamais de temps libre ?
C'est maladif, comme un besoin d'aider les gens.
C'est comme un devoir, celui d'aider ces élèves un peu paumés parce qu'il le sait - les autres n'ont pas autant de force de caractère que lui ; assez pour décider quoi faire, quelles qu'en soient les conséquences.

Il s'assoit à une table sur la terrasse et soupire d'aise, satisfait de n'être pas arrivé en retard. Après un bref regard à sa montre, il sort un livre de son sac et commence à le feuilleter, refusant d'attendre dans l'ennui.






Messages : 28
Age : 20
avatar
Chrome C. Chainlos
lycéen + faon
Mar 10 Juil - 11:26


FEAT. Alphée
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

Une heure choisi pour convenir aux deux. Histoire de ne pas louper de cours, ou que cela soit trop tôt ou trop tard. Chrome allait voir un de ses profs. Un de ceux-là qui voulaient l’aider. Alors pourquoi pas. Il se dit que ça pourrait aider, même si au fond de lui il ne sait pas trop où tout ça va l’emmener. Perdu dans des rêves imaginaires et le fantasme de toujours rester chez lui avec sa famille.
Comme toujours il n’avait pas choisit ses vêtements, ce n’est pas tellement ce qui le préoccupe. Personne à la maison ce matin, tout le monde travaille à cette heure aujourd’hui. Attrapant ses vêtements sur le dossier de sa chaise de chambre, ne prenant aucune décision pour changer ceci ou cela dans le choix qu’à fait son frère pour sa tenue d’aujourd’hui.
Laver, il doit encore laver ce qu’il a fait tomber par terre. Un peu de lait et de céréales, bon ça va c’est pas trop grave. Il faut y aller maintenant. Même si Chrome y va à reculons.

Ça sonne, il peut enfin sortir. C.C.C regarde l’heure à sa montre et file au métro d’à côté pour pouvoir aller à son rendez-vous de l’après-midi. Il peut enfin souffler. La matiné n’était pas de tout repos… Mais pour lui, il avait géré. Il s’était contenu et n’avait ni trop parlé… Ni trop frappé. Non, en soit il n’aime pas la violence. Mais le fait de réagir au quart de tour pour se défendre sonne comme une facilité chez lui. Dans sa classe de peut d’élèves, tout le monde a des problèmes… Plus ou moins différents.
Le lycéen sort des ses pensées en entendant la voix du métro annoncer son arrêt. Sort donc finalement et tourne la tête de chaque côté pour réfléchir par où sortir. Puis se dépêche de sortir. Peut-être qu’il allait être en retard… Ou juste un peu…

C’est avec exactement 11 minutes de retard que Chrome arrive, posant d’un coup son sac à côté de la table ou était assit son professeur de sport.

Bonjour ! Désolé pour le retard il y avait du monde. Puis j’me suis trompé de sortie, mais en fait c’était pas le bon arrêt, alors j’suis venu à pieds mais il y avait encore pleins de gens à pieds ! Pourtant j’ai couru hein ! Vous avez vu vos cours sont utiles quand on est en retard ! Puis bah… Mmm… Non voilà ! Je crois, ahaaah…

Tout ça tout en prenant place en face et en gigotant ses mains pour expliquer ça et ça. Il souffle enfin… Mais il sourit niaisement comme d’habitude.

your future


spirit of my silence I can hear you






Messages : 16
Age : 22
Localisation : appart de bouseux
avatar
F. Alphée Grímr
professeur de sport + ratel
Mer 11 Juil - 13:47

Cinq, dix, et bien vite, la barre des deux chiffres est dépassée. Alphée pousse un léger soupir en pensant au temps de repos qu'il aurait pu s'offrir et c'est avec une minute supplémentaire que Chrome débarque finalement au café.
Souriant, comme toujours.
Alors Alphée aussi. Forcément, comment lui en vouloir ?

Cela doit faire quelques mois. Il l'a dans ses cours depuis plus longtemps, bien entendu, mais ça ne fait pas tant de temps qu'ils se connaissent vraiment et qu'ils ont l'impression de vraiment discuter.
C'est à chaque fois la même histoire, il y a un peu de temps pour se remettre à l'aise, les "tu peux m'appeler Alphée et me tutoyer, nous ne sommes pas en cours" et la machine est lancée.
Évidemment. Puisque avec Chrome, c'est l'arrêt qui est difficile à trouver.

- Hey ! Ne t'en fais pas pour le retard. Commande ce que tu veux.

Il n'exagère pas, si bien qu'il lui semble presque entendre son portefeuille pleurer dans sa poche, mais ça lui est égal. Il ne compte pas ses dépenses quand il faut faire plaisir, et un chocolat chaud ne coûtera jamais assez cher s'il est là pour sécher les larmes d'un étudiant en détresse.
Chrome n'est pas dans ce cas, bien entendu.
Généralement, ce sont plutôt les autre qui finissent en larmes.

Pourquoi se bat-il ? À le voir comme ça - un petit gars souriant et détendu, l'accuser semble dérisoire. En le regardant, on se questionne et on doute parce que ses sourires ne sont pas feints, parce qu'il est véritablement aimable et que ce petit bout de chou a quelque chose d'enfoui qui le rend si violent à l'occasion.
C'est lui. C'est lui, le fautif, lui qui lève les poings.
Alors pourquoi ? Alphée l'a vu, il ne peut pas en douter. Ce n'est pas lui qui cherche, juste un moyen de se défendre mais il part tellement vite. Le sang lui monte vite à la tête, et le poing part un peu trop vite pour qu'on ait le temps de se poser une seule question.
Chrome est un gamin violent.
Malgré ça, Alphée maintient le contraire. Il le défend, parce que Chrome est un bon garçon, qu'il mérite qu'on se questionne sur son cas et un peu de la tolérance qu'on garde en nous. Il n'est pas quelqu'un de violent.

- J'ai vu ton prof' principal, hier. Tu as eu une semaine difficile ?

Alphée est trop gentil, sûrement. Mais tous les deux savent ce que la semaine difficile veut dire, à quoi ces mots font allusion. Les coups sont partis, mais Alphée ne lui en veut pas. Il veut comprendre, l'encadrer, le faire devenir meilleur.
Il veut mieux pour lui qu'un avenir basé sur ses poings.
Il se force à en parler à chaque fois, comme un rituel, mais ils savent très bien que ça n'ira pas plus loin. Un sourire gêné, le ton sévère, mais Chrome n'en risque pas plus.
Ce n'est pas le rôle d'Alphée. Et c'est tant mieux.

- Fais plus attention. Tu peux m'en parler, conclut-il doucement.

C'est sincère, et il est prêt à prendre le temps. Il est prêt à écouter, relativiser, intervenir. Il est prêt à s'investir.
Avec le temps, Alphée commence à le connaître.

- Tu as des idées pour tes études supérieures ?

Il le connaît très bien, même. Et il sait comment il fonctionne.
Il veut l'aider, mais ça ne l'empêchera pas de passer un bon moment avec lui.
Son inquiétude est réelle ; son affection aussi.

- Je pensais aller au bowling cette aprem, ça te branche ?






Messages : 28
Age : 20
avatar
Chrome C. Chainlos
lycéen + faon
Mer 11 Juil - 18:17


FEAT. Alphée
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

Surprit quand on lui dit de prendre ce qu’il voulait. Pour ce qui est de l’argent ou de se laisser faire payer des choses, Chrome est souvent hésitant. Peut-être par rapport à sa famille. Ils ont une vie correct, mais chacun travaille dur pour permettre à la petite famille de vivre mais aussi à Chrome de continuer à étudier dans un établissement qui puisse l’aider. Alors il hésite, fait un peu la grimace avant de se laisser tenter. Il avait faim… Ou était-ce de la gourmandise ? Il jette un coup d’oeil à la carte. Faisait semblant de lire… Au final il ne regarde que les photos de quelques gourmandises que pouvait servir le café… Sans se mentir, Chrome savait sur quoi s’orienter. Le café l’avait toujours dégoûté, bien que son père pouvait avoir l’alène de cet arôme parfois… Le thé, seulement en hivers… Alors aujourd’hui il allait choisir une boisson sucrée.

Alphée est un bon prof’. C’est ce que Chrome en pense du moins. Il l’aide… Pourtant Chrome n’est pas du genre à s’ouvrir à tous les profs de son lycée. Mais de fil en aiguilles, Chrome avait réussi à laisser passer Alphée… Alors actuellement, Chrome ne regrette pas. Ça lui fait du bien de parfois être écouté par un professeur. Même s’il ne dit pas tout, ne veut pas… Pas toujours évident. Il cache un peu sa tête derrière le menu plastifié qu’il tenait entre ses doigts quand le professeur d’en face lui parle de son prof’ principale et de sa “semaine difficile”. Oui Chrome en a, régulièrement. Mais pour lui, ce n’est pas de sa faute. Alors il acquiesce juste d’un “oui oui mm…”. Avant de finalement reposer le menu sur la table, le regard fuyant l’espace d’un instant. Puis encore un “oui oui” quand on lui dit de faire attention.
Toujours la même chose… Chrome écouté, répond oui mais est-ce qu’il met au moins en pratique… Oui peut-être. Il se retient parfois. Parce qu’on lui a dit ceci ou cela, que ça soit de sa famille ou de ses proches. Mais ça ne dure jamais très longtemps. Comme un médicament qui se dissout au fur et à mesure du temps.
Le jeune garçon grimace et lève les yeux noisettes vers le plus ancien

La semaine prochaine ou va parler de différentes écoles et des métiers. Peut-être que je trouverais un truc intéressant… Mais j’ai toujours pas trouvé de truc intéressants.

Ou peut-être qu’il n’a juste pas cherché. Juste au moment où son professeur lui propose un bowling, le serveur arrive. Alors Chrome lance un “eeeuuuh…” avant de répondre d’abord au serveur pour commander un chocolat chaud et un éclair au chocolat dont une photo prônait dans la première page du menu. Toujours le sourire quand le serveur s’en va.

Oh euh… Pourquoi pas… J’ai fini mes cours !... La dernière fois que j’en ai fait c’est avec mon père, mon frère et une de ses anciennes copines ! elle était ultra forte. Moi j’avais des rambardes sur les côtés parce que sinon je raté toujours. Mais c’est pas pour autant que j’ai gagné vous savez ! Bon maintenant ça devrait être bon, mais j’pense pas vous… euh, te battre ! Je suis sûr que prof’ de sport ça veut dire être bon aussi là dedans ! Non ? enfin c’est ce que j’imagine !

Puis il se pince les lèvres pour se forcer à se taire.


your future


spirit of my silence I can hear you






Messages : 16
Age : 22
Localisation : appart de bouseux
avatar
F. Alphée Grímr
professeur de sport + ratel
Ven 13 Juil - 20:24

Définitivement trop gentil, comme un bourreau muet.
Alphée écoute, un maigre sourire aux lèvres, flottant comme les vestiges d'une joie qu'il commence à oublier. Il aimerait offrir à ce gamin une vie respectable sur un plateau d'argent, la certitude d'un futur.
Mais ce n'est pas comme ça que les choses marchent. Il doit le mériter, chercher lui-même les raisons de sa réussite - il doit forcer le destin. Le jeune professeur est conscient des limites de ce qu'il a vraiment le droit de faire.
C'est un professeur, ni son père, ni un membre de sa famille.
C'est un professeur, un ami peut-être, et il doit respecter tout ça.

- Tu as le temps de trouver. Les écoles et la famille mettent parfois beaucoup de pression aux gamins, mais même la vingtaine passée, beaucoup sont encore perdus. N'angoisse pas trop. Si tu as vraiment du mal, je chercherai avec toi.

Au fond de lui, il sait qu'il a les moyens de régler ça. Un message à son père, ou quelques coups de fil via l'entreprise - même s'ils ne sont plus en bons termes, le nom "Grímr" pèse toujours dans la balance économique.
Beaucoup trop à son goût, d'ailleurs.
Mais c'est une assurance.
Sale, hypocrite et lâche, mais une assurance quand même.

Ce n'est pas pour lui. Ce ne sera jamais pour lui, cette façon d'agir.
Même pour les autres, la morale frappe à la porte de cette lâcheté.

Ce n'est pas son genre, Alphée.
Ses pensées le trahissent, et il les laisse s'envoler quand le serveur détourne son attention pour les amener vers un café long et une tarte à la fraise. Avec un dernier regard pour l'employé, il se concentre à nouveau sur cet instant présent qui échappe aux moindres angoisses, à cette peur inconnue et permanente d'un obstacle qu'il espérait oublier.

Aider les autres, c'est sa façon de fuir.
Aider, c'est tant pour le plaisir de l'altruisme que celui de s'oublier.
Alors, Alphée écoute avec attention - et chaque mot lui arrache un sourire, un sentiment différent alors ses impressions sur Chrome ravive en lui cette envie de l'aider à franchir chaque étape, chaque difficulté.

- Haha, tu penses vraiment qu'être prof de sport, ça m'aide ? Je ne suis pas très doué au bowling. Ce n'est pas tellement un sport que j'enseigne, et je n'y suis allé que quelques fois dans ma vie, notamment avec mes camarades de promo pour fêter la fin des études. J'ai pris la raclée du siècle !

Il lâche un sourire gêné accompagné d'un haussement d'épaules. Le comportement tactile, ouvert, il fait de son mieux pour briser la glace et le mettre à l'aise. Chrome est bavard, mais c'est tant mieux, parce qu'Alphée aussi - impossible d'arrêter ce missile une fois qu'il est lancé.

Ce n'est pas qu'il s'adapte au garçon, bien au contraire.
C'est juste qu'il se lâche, qu'il peut se montrer naturel et détendu, comme Chrome parvient à l'être lorsqu'il a cette flamme de joie que le ratel aime tant observer.
Ce gamin a un avenir. Ce gamin doit avoir un avenir.

- Et toi Chrome, tu t'en sors comment niveau cœur ? Tu peux tout me dire, sache que ce ne sera certainement pas pire que moi !

Il prend une expression détendue, mais le sujet l'intéresse vraiment.
Ce n'est pas quelque chose qui le ferait rire, d'ailleurs.






Messages : 28
Age : 20
avatar
Chrome C. Chainlos
lycéen + faon
Sam 14 Juil - 11:44


FEAT. Alphée
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

Chrome avait juste hoché la tête. L’aider autant ? Lui ? Pourquoi faire, on peut l’aider oui mais il y a une limite non ? Chrome plisse des yeux un instant avant de repartir sur le sujet du bowling.

Il y pensait fort. Comme dire qu’un artiste sait utiliser tous les médiums. Mais non, pourtant il en a fait l’expérience avec son père, pensant qu’il pouvait utiliser l’huile comme un bloc d’argile. Mais non pas du tout. Puis son père lui rappelle bien qu’il n’est pas encore “artiste”. Alors en y repensant, oui c’est vrai qu’Alphée n’est peut-être, voir sûrement pas doué au bowling. Voilà qu’on lui confirme ça. Chrome n’est pas déçu, il apprend juste. Le garçon alla pour répliquer quelque chose mais garda ça pour lui, c’était mieux. Au fil du temps Chrome avait réussi à garder certains répliques au fond de lui. Mieux pour lui et pour son entourage. Mais en général il ne se prive absolument pas. Pourquoi faire ? C.C.C se dit qu’une langue c’est faite pour l’utiliser au fait non ? Pour parler évidemment. Un frisson dans le dos, se souvenant d’un film d’horreur qu’il avait vu avec son frère. D’ailleurs ce dernier avait été punis pour avoir montré un film à quelqu’un de l’âge à Chrome. Qui avait 13 ans à l’époque.
Oh vous savez, un film où… Oh, vous ne voulez pas savoir ? Tans pis je garde ça pour moi !

Le châtain hausse les sourcils quand on lui parle de coeur. D’histoires de coeurs. Connor aime beaucoup de types de films… Dont les histoires à l’eau de rose, mais pas trop quand même. Les trucs d’aventures c’est déjà ça. Alors, ses histoires de coeur dans la vraie vie. Le lycéen se perd l’espace d’un instant dans ses pensées. Un doigt qui frotte son menton. Un regard perdu sur le sol pas franchement très intéressant (et pas très propre).

Non, rien de spécial à ce niveau là, je t'assure c’est pas très intéressant. Mais absolument pas !

Il aurait pu continuer. Dire que les garçons de sa classe sont pas à son goût. Qu’ils sont violents. Que le seul garçon qui lui fait de l’oeil est celui qui l'embête. Mais non, pour l’instant Chrome garde tout ça pour lui. Pourtant c’est rare. Comme l’histoire de langue.
en parlant de langue, on peut utiliser cette dernière pour goûter quelque chose. Ou plusieurs choses. Comme le chocolat chaud et la gourmandise qui arrivent sur la table en face du garçon. Celui-ci relève donc la tête avec un sourire, remerciant évidemment le serveur avant de prendre sa petite cuillière.

Je suis sûr que toi c’est plus intéressant que moi ! Comme dans les films ! Ou peut-être pas… Papa dit que je suis un peu trop curieux et bavard pour les histoires d’amours.

Alors il tourne sa cuillière dans son mug. Oui Chrome a déjà fait séparer son frère d’une personne, pareil pour son père. Mais pour lui, c’est pas de sa faute. Puis à la maison on ne lui en veut pas trop non plus. Même si au début de chaque séparation on le bouscule un peu. Puis on rigole de ce que Chrome a dit, parce que souvent c’est ridicule.



your future


spirit of my silence I can hear you






Messages : 16
Age : 22
Localisation : appart de bouseux
avatar
F. Alphée Grímr
professeur de sport + ratel
Lun 16 Juil - 21:37

Il se ravise, un peu douteux, et Alphée comprend qu'il a touché la limite.
Ça ne le regarde pas, ou Chrome ne lui fait pas assez confiance pour ça. Ou bien, tout simplement, il n'a pas envie d'en parler. Ça ne sert à rien d'y penser, le résultat est là, il n'aura pas sa réponse. Après ce refus aimable, le professeur passe quelques instants à se demander ce qu'il aurait pu faire de mieux et s'il ne passe pas à côté de quelque chose d'important.
C'est comme ça, pour lui, à présent.

Ce n'est pas une déception pour lui.
Après tout, si Chrome ne veut pas en parler, c'est son droit.
C'est un échec - celui d'un altruiste.
Comme s'il y avait possiblement quelque chose de triste, d'enfoui, et qu'il avait échoué à le lui faire avouer.
Ce n'est pas forcément le cas, mais la possibilité suffit.

Alphée sent un goût amer dans sa bouche à mesure qu'il comprend les choses.
Ce n'est ni son frère, ni son père.
Ce n'est jamais qu'un ami, mais un professeur, et il ne peut pas se confier aussi facilement. Les étudiants sont pudiques, cachés derrière cette politesse que d'habitude, les adultes sont les premiers à remettre au goût du jour.
Pourtant, cette fois-là, il était le premier à ôter les barrières.

Que faire ? Que lui dire ? Comment mieux faire ?
Comment souffler ce silence et régler son problèmes ?

Alphée veut juste un avenir pour lui, sincèrement. Il se moque pas mal des problèmes qu'il s'attire - après tout, ce genre de rapports, qu'il soit remis en cause ou non, ne partent jamais d'une mauvaise intention. Quoi qu'il fasse, il ne le regrettera pas, parce qu'il sait qu'il le fait pour une bonne raison.
Une pensée pour Ginger. Son cœur se serre.
Il avait fait une erreur, une fois. Et il n'était pas prêt de la recommencer.

- Très bien, je vais tout te raconter.

C'est de circonstance, d'ailleurs, parce que la réponse de Chrome concorde avec les pensées d'Alphée. Les histoires de cœur du blondinet ne sont pas très variées.
Quelques copines au lycée, rien de très sérieux.
Quelques dérapages en soirée, rien de très glorieux.
Une histoire éphémère, un poil trop sérieuse, qu'il aimerait oublier.

- Je n'ai aucune histoire sérieuse au lycée.

C'est la vérité, jusque là.
Il boit une gorgée de son café qui vient d'arriver, tâtant la température.
Du café comme de l'atmosphère, que son discours alourdit.

- Une ex, dans mes dernières années d'étude. Une fille bien, j'imagine, mais ça s'est conclu avant l'année de relation.

Il pose sa tasse et s'étire, comme si la fatigue venait du corps.
La vérité au bout de la langue, qui oscille.

- Et une dernière, il y a un an. La plus courte, mais celle dont je me souviens le mieux. Je pense qu'il m'en veut. Je m'y suis mal pris, et c'est ma faute.

La vérité, l'amère vérité, qui libère les sentiments.
La vérité, le goût étrange qui réchauffe, comme ce café qu'il boit de nouveau avec une douceur qui le surprend lui-même.
Il aimerait oublier. L'oublier. Mais aussi, Alphée aimerait le revoir.

- Bien. Je t'ai tout dit, il est donc de circonstance que tu te confies à ton tour ! Ça m'intéresse vraiment, tu sais. Tu peux parler autant que tu veux, sinon je ne serai pas là.






Messages : 28
Age : 20
avatar
Chrome C. Chainlos
lycéen + faon
Lun 16 Juil - 23:02


FEAT. Alphée
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

Alors Chrome ouvre grand ses oreilles… enfin pas littéralement… Du moins vous avez compri. Curieux, amusé. Comme si on lui racontait une histoire nouvelle. Regarder un film. Tant que ce n’est pas à lire, ça lui va. Les histoires audio aussi il aime. Alors quand son professeur décide de lui raconter ses histoires il est là, présent. Sa petite cuillère à la main. Le petit nez qui remu à l’odeur du café, un regard rapide vers celui-ci avant reporter son regard vers le compteur d’histoires d’amour.
Les épaules qui s’affaissent légèrement. Ce n’est donc pas sérieux ? Bon, tans pis. Les épaules qui se dressent à nouveau, la cuillère qui va d’un doigt à l’autre. Hochant la tête à chaque fin de phrase. Chrome imagine.
Alphée ne lui a rien dit mais Chrome imagine les personnages, les filles, les garçons. Comment ça aurait pu se passer. Imaginant Alphée se faire larguer, ou Alphée larguer. Mais encore, largué.

Aucune réaction quand le professeur évoque un “il”. À la maison c’est régulier, c’est comme ça. C’est la vie. Des “il” et des “elle” par ici et par là. Alors pourquoi Chrome garde le fait que pour lui ça ne soit que des “il”.

et bien, il n’en sait rien. Sait que certaines personnes n’aiment pas ça. Qu’il sait pas trop encore pourquoi. Il devrait pourtant en parler librement, surtout à son professeur et ami qui vient de lui déballer une partie de sa vie amoureuse.
C.C.C hausse les épaules, ne répondant pas maintenant. Une bouchée de son éclair au chocolat. Puis deux. Prend le temps de réfléchir et de déguster.

 Bah… Le truc c’est qu’il y a vraiment rien d’intéressant. Je flash que sur des personnes dont le physique me plait. Vous savez, juste du regard. Après bon, ces personnes sont abruties donc au final personne ne m’intéresse à 100 % .

Chrome prend une gorgée de son chocolat chaud, le regard perdu sur le bord du mug. Se pince les lèvres pour ensuite lever les yeux vert Alphée.

 Parfois j’aimerais que ça se passe comme dans les films mais ça c’passe pas comme ça. Puis il y a aucune histoire d’amour en film qui me correspond vraiment… Ou peut-être que j’ai pas assez cherché. La seule histoire qui m’allait vraiment c’est…

Il fronce les sourcils l’espace d’un instant.

 Une histoire où ils se rencontrent sur internet. Ils parlent par mail… J’ai bien aimé la fin, et tout le film. Mais vous savez, moi j’aime pas les mails… Ni internet… Donc ça m’arrivera pas.

Chrome se redresse, souriant à son habitude et les yeux bien ouverts. Son mug à ses lèvres pour boire. Ne plus parler un instant.
Pourquoi il avait évoqué tout ça lui… Juste parce qu’il avait vu ce film récemment. Parce que ça l’avait fait pleurer toute une soirée ? Parce que, oui peut-être.
"Love, Simon"


your future


spirit of my silence I can hear you






Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1