L'histoire d'un "help me" qui n'en était pas un | Abel
 :: iii.zootopie :: centre ville :: quartier festif

Messages : 20
avatar
Jenna Seghettini
étudiante en secrétariat + ours
Jeu 12 Juil - 13:30

L'histoire d'un "help me" qui n'en était pas un
With Abel
Elle cligne des yeux.
L’endroit n’est pas inconnu à Jenna, elle qui connaît presque parfaitement la ville maintenant, le centre ville encore plus. Le soucis, c’est qu’elle n’a pas forcément le meilleur sens de l’orientation du monde. Et qu’elle a la sale habitude d’emprunter des chemins qui ne mènent pas du tout là où elle veut se rendre à la base. C’est pour ça que là, c’est devant une des boites de nuit de la ville qu’elle se trouvait, alors qu’elle avait l’intention de rentrer sagement chez elle après le petit restaurant dans lequel l’a invité sa patronne.

Bon, il est encore tôt, alors le monde n’est pas vraiment au rendez-vous pour venir s’amuser ici. Ce qui peut arranger ses affaires quand l’option métro s’offre à elle, ainsi il ne sera pas bondé… Non pas qu’elle déteste quand il y a trop de monde, mais faut bien avouer qu’une place tranquille pendant le trajet, personne ne disait non. Alors elle se met à marcher, à courir plutôt, vers la bouche la plus proche.

Avant de se casser la figure en glissant sur le trottoir, bien misérablement. Sa maladresse légendaire ayant parlé, elle se retrouve maintenant sur le cul en lâchant une grimace douloureuse. Mais elle n’a pas le temps de se relever elle même qu’elle voit une main tendue vers elle, un “tout va bien ?” qui l’a fait réagir, lever les yeux vers les deux hommes face à elle, le sourire de celui qui semble vouloir l’aider à se relever. Jenna s’en saisit, se redresse avec son aide, et c’est un sourire rempli de gratitude qu’elle affiche

- Vous êtes bien tombé ! Merci merci !

Bon, à parler à voix haute comme elle le faisait, elle ne doit pas être discrète, mais comme toujours elle ne fait pas gaffe. Et l’homme qui l’a secouru à l’air d’en rire… Il répond, même.

- De rien, je n’allais pas laisser une jolie fille comme toi au sol.

Instant de bug, face au compliment. Elle a vraiment entendu le mot “jolie”, la concernant ? Certes, elle était loin d’être laide, et elle fait plus ou moins attention à son apparence… Mais c’est rare, quand même, qu’on lui dise qu’elle était jolie…. La voilà toute gênée, maintenant, fuyant le regard de deux garçons.

- Mer…. MERCI !

Et la voilà obligé d’hurler, encore. Discrétion zéro.




Messages : 30
avatar
Abel J. Grayson
tatoueur + chien
Ven 13 Juil - 16:56

L'histoire d'un "help me" qui n'en était pas un
ft Jenna
Casquette vissée sur la tête, des mèches blondes s’y échappant, Abel fit tourner son trousseau de clefs autour de son doigt avec un léger sourire.  La journée de travail venait de se terminer, le soleil commençait lentement à décliner et pour une fois le blond n’avait qu’une envie, celle de rentrer chez lui dormir. Son dos lui faisait mal et le suppliait d’aller s’allonger sur un lit bien confortable. Abel avait passé une bonne partie de l’après-midi sur un tatouage long et minutieux, si bien qu’en fermant les yeux il pouvait encore apercevoir les traits d’encres.

Abel secoua la tête comme pour rejeter ses pensées et s’engagea dans une rue à sa droite. Malgré la fatigue, Able décida de faire un léger détour car sa curiosité le poussait à jeter un œil au quartier non loin de l’endroit où il se trouvait. Lorsqu’il s’y rendait c’était plutôt la nuit, du moins pas à cette heure-là. À quelques heures près, l’ambiance était-elle la même ? Qu’est-ce qu’il y aurait de différent ? De petites questions qui pouvaient trouver des réponses par un petit tour. Les bottes d’Abel trainaient déjà sur le trottoir, ses yeux vairons accrochant quelques points par-ci par-là comme pour mémoriser des points clefs. Les mains dans les poches de sa veste, sa casquette sur le crâne, Abel se fondait bien dans la masse, sûrement qu’on ne retiendrait pas son passage.

Bien souvent, Abel était le gars qu’on retenait dans la rue, bruyant, excité, bavard. Où qu’il aille le blond laissait souvent un souvenir de lui, mais ce soir il se faisait plus discret, un vrai miracle. La fatigue devait lui faire cet effet car il n’avait pas encore ouvert la bouche non plus, un fait extrêmement rare. Pourtant le tatoueur avait dans la tête tellement de chose, il suffirait d’une seule parole pour ouvrir pour qu’il déverse son flot de paroles.

Abel allait continuer sa route lorsqu’il entendit une fille crier. Automatiquement, ses pas s’arrêtèrent et son regard se tourna vers la blonde qui venait de parler si fort.

C’est quoi le problème ?

La femme se tenait devant deux hommes et ne semblait pas être très à l’aise. Face à elle l’un des deux hommes souriait tandis que l’autre avait lâché un petit rire. Abel plissa les yeux tentant de comprendre un peu mieux la situation. La femme se tenait à distance, elle n’était pas leur amie et sûrement que les deux mecs l’avaient abordés et qu’elle n’osait pas les rembarrer ou bien elle ne savait comment faire pour trouver une porte de sortir et fuir. Eh bien, heureusement pour elle, Abel allait intervenir, il volerait à son secours comme un super-héros court au secours d’un chat coincé dans un arbre.

D’un pas pressé, le blond se dirigea vers le petit groupe et s’arrêta proche de la blonde faisant face aux deux autres hommes. Le regard droit, il ne cillait pas, il ne ressentait aucune peur de toute manière. Après les avoir bien fixés, le tatoueur se tourna vers la blonde et esquissa un sourire amical, comme si cela faisait longtemps qu’ils se connaissaient.

« Je te trouve enfin. Ça fait vingt minutes que je t’attends tu sais. »

Puis avec un petit mouvement de tête, Abel désigna les deux types qui se demandaient sûrement ce que le blond venait faire là.

« Qui sait ? Tu les connais ? Bon, on y va ? J’aimerais prendre le prochain métro. »

Abel n’avait pas touché la blonde, il ne voulait pas qu’elle pense qu’il tentait de l’agresser ou quelque chose dans le genre. Pour le moment il priait intérieurement pour qu’elle rentre dans son jeu et ne s’en prenne pas à lui. Dans le pire des cas il la laisserait, si elle ne voulait pas de son aide il ne la forcerait pas. Du coin de l’œil, le blond aperçut les deux hommes se regarder avant que l’un hausse les épaules en tournant les talons. Finalement la situation se réglait plutôt bien.

« Il ne faut pas trainer dans le coin si tu ne sais pas comment rembarrer un homme. S’ils sont lourds tu devrais pas hésiter à les remballer et continuer ta route. »


D’un geste un peu impatient Abel retira sa casquette pour se passer une main dans les cheveux.

« Tu vis loin d’ici ? Ça m’embêterait de te laisser seule si c’est pour que tu retombes sur des cas pareils. »

Sa douleur dans le dos râlait à l’idée d’un plus long détour, mais Super-Abel n’avait pas encore fini sa mission.



©️ 2981 12289 0




Messages : 20
avatar
Jenna Seghettini
étudiante en secrétariat + ours
Dim 5 Aoû - 20:58

Titre ici
With Pseudo
Jenna est perturbée.
Et il en faut pas, pour le coup. Une remarque un peu trop gentille, et la voilà incapable d’être calme, bien qu’elle ne ne le soit jamais en fait. Mais la gêne, elle aime pas ça, quand elle se retrouve à plus savoir parler correctement et qu’elle vire rouge pivoine, quand elle est incapable de regarder la personne qui lui fait face aussi et qu’elle regarde partout. Bref, Jenna ne sent plus à l’aise.

Il lui semble même que les deux hommes lui parlent, mais elle est trop nerveuse pour écouter vraiment. Elle croit pourtant, comprendre une proposition à aller boire, mais elle ne tilte pas. Elle recule, et ça ressemble clairement à un début de fuite, ça surprend même les deux mecs qui se rapprochent de nouveau.

- Hé ? Tu nous ecoutes ?
- Euh… JE…. !
- Je te trouve enfin. Ça fait vingt minutes que je t’attends tu sais.

… Comment ça ? Elle se tourne vers le nouveau arrivant, surprise tout autant que les deux autres. Elle pige pas, croit qu’il parle à un des deux hommes et cligne des yeux. Sauf que c’est Jenna qu’il regarde, fixement, pour lui signer que c’est bien à elle qu’il s’adresse, et ça commence à faire sens dans son esprit. Difficilement.

- OH !

Elle lève les bras, soudainement, comme un signe de victoire, veut surtout prendre dans ses bras l’homme qu’elle ne connait absolument pas mais qui a l’air de vouloir l’aider. Bon, il ne lui en laisse pas l'occasion ceci dit, quand il reprend la parole en désignant de la tête les deux autres inconnus, il y en a un peu trop d’ailleurs ici, d’inconnus.

- Qui sait ? Tu les connais ? Bon, on y va ? J’aimerais prendre le prochain métro.
- No… Non, ils m’ont aidé à me relever ! Quand je suis tombé, betement… Tu sais comme je suis maladroite, haha !

Elle se gratte la joue, le rire nerveux, se comporte comme si Jenna le connaissait réellement et elle ne fait même pas semblant. Non, elle ne sait rien de lui, mais dans sa tête c’est tout comme, alors elle entrait dans le jeu du blond sans même s’en rendre réellement compte, jusqu’à ce que les deux amis s’en aillent sans insister. Quelque part, c’était mieux ainsi.

- Il ne faut pas trainer dans le coin si tu ne sais pas comment rembarrer un homme. S’ils sont lourds tu devrais pas hésiter à les remballer et continuer ta route.

Mais elle ne sait pas faire, ça, sans doute par manque d’habitude. Du moins rembarrer franchement, elle en est incapable, mais fuir bêtement ça oui elle était sur le point de le faire. Et maintenant,la blondinette se retrouve confuse qu’on l’ait aidé. Elle regarde son sauveur dans les yeux, et malgré la gêne ose un sourire radieux, comme à son habitude.

- C’est vrai, je n’aurais pas dû me laisser entrainer de la sorte…. Mais tu m’as sorti d’une situation perturbante, c’est gentil ! Merci, vraiment !


Et le voilà, le câlin alors qu’il retire sa casquette, semble même légèrement agacé. Mais elle a besoin d’exprimer sa reconnaissance de cette façon. Quand bien même elle ne le fait pas durer longtemps pour ne pas le déranger lui, se recule avec le sourire, les mains dans le dos.

- Tu vis loin d’ici ? Ça m’embêterait de te laisser seule si c’est pour que tu retombes sur des cas pareils.

La blonde le regarde, étonnée par la question, se met à réfléchir quelques secondes à la question en se remémorant les arrêts qu’elle doit prendre, et le temps de marche qui lui restera après.

- Huuuuum j’en ai pour 12, 13 minutes en métro, et 5 minutes à pieds.. Mais tu es sur ?! Je n’ai pas envie de te faire perdre ton temps, tu as surement des choses à faire ou ton logement se trouve à l’opposé du mien, ça serait embêtant !.... Mais je ne suis pas en train de te chasser, hein ! Ca me ferais plaisir d’avoir quelqu’un pendant mon trajet, surtout d’aussi sympa que toi.. Bon, je ne te connais pas, c’est vrai, mais tu as l’air sympa ! Alors…. TU N’AS QU’A COMMENCER PAR… Me dire ton prénom.

En espérant qu’il ait tout écouté sans en perdre un miette.




Messages : 30
avatar
Abel J. Grayson
tatoueur + chien
Lun 13 Aoû - 20:10

L'histoire d'un "help me" qui n'en était pas un
ft Jenna
Fort heureusement pour Abel, la blonde ne lui cria pas dessus, ni n’essaya de le frapper avec un sac à main en pensant qu’il allait l’agresser. Une petite victoire pour le blond. Ses yeux furetaient de gauche à droite, dans le cas où les deux hommes reviendraient à la charge ou si quelqu’un d’autre venait se présenter  comme prochain challenger. Autour du duo, les gens passaient leur chemin, ils ne leur jetaient pas de regard, et au pire seulement un regard curieux. Il fallait dire que la fatigue n’aidant pas, Abel jetait un peu des regards noirs et on pouvait bien se demandait ce qu’on avait fait pour mériter cela.  

Soudainement, Abel ouvre grand les yeux et pour une fois dans sa vie, il n’a pas les mots. D’accord, le blond s’était attendu à une interaction physique, plus des coups à vrai dire, mais un câlin ? Non pas du tout. Le voilà bien surpris, mais heureusement pour lui, la blonde le relâche. Abel n’a rien contre les câlins, il adore ça même, lui qui est beaucoup trop tactile pour les autres, mais là, il ne s’y était surtout pas attendu à en recevoir un. Le temps qu’Abel s’en remette, son acolyte lui répondait déjà, enchaînant les mots. C’est qu’elle parlait pas mal, presque autant que lui.

À la fin de la tirade, Abel éclata de rire. Un rire franc et pas moqueur. Cette fille allait le faire mourir de rire ! C’était quoi cette manie d’hausser le ton en plus ? Dans le genre bruyant elle battait des records ! Même lui ne se mettait pas à crier comme cela, mais ça ne le dérangeait pas. Elle était naturelle, et pour Abel c’était vraiment cool et appréciable.

« Mais t’es génial, tu sais ? Tu respires entre tes mots ? Ou bien tu fais de l’apnée ? Tu marches comment hein ? »

D’un petit geste, le blond essuie une petite larme de rire. Autour d’eux on le regard un peu étrangement, après tout, qui éclate de rire en pleine rue ?

« Mon nom c’est Abel et toi ? Et relaxe, ça ne me dérange pas de faire le chemin avec toi. Limite je pourrais pas fermer l’œil de la nuit si je te laisse filer sans personne. Imagine, tu tombes dans un trou ? Ou bien pire, dans un canal ou bien encore ! Sous les rails du métro ? Je pourrais clairement pas dormir en me disait tout ça. Si tu ne veux pas avoir mon insomnie sur la conscience, laisse-moi t’accompagner ! En plus tu as l’air d’être une vraie pipelette et c’est génial ça, parce qu’on me demande tout le temps de la fermer, enfin tu dois comprendre ça, non ? »


Et voilà qu’à son tour il pondait aussi un monologue digne de celui de Figaro. C’était agréable d’avoir une compagnie qui ne lui demanderait pas de se taire par moment, ou bien qui lui rappellerait sans cesse qu’il ne doit pas aller parler aux étrangers, même juste pour leur dire qu’il aime bien leur chapeau. Abel c’était un moulin à parole sur patte, il ne savait faire que ça dans sa vie : parler. En réalité, tout cela n’avait qu’un but, celui de combler le silence et la solitude.

Avant de tomber dans ses idées noires, Abel, désigna le métro non loin d’un vague geste de la main.

« Bon allez, tu me montres le chemin ? Sans trébucher si possible, sinon on va se retrouver à l’hôpital surtout. Tu as déjà été aux urgences en pleine nuit ? Sérieux c’est bondé à mort, tu y passerais ta nuit et ta journée de demain ! »

Le blond accompagne le tout en levant les yeux au ciel, comme si la gestion de l’hôpital était une urgence à régler au plus vite. Une vraie épine dans le pied d’Abel qui n’allait pourtant jamais dans cet endroit. Le voilà qui se plaignait juste pour le plaisir, enfin si un ne se plaignait pas faussement, c’était son dos qui lui rappelait que s’asseoir ne serait pas un luxe qui se refuserait encore bien longtemps.

« Puis j’étais vraiment sérieux pour le prochain métro. On ne va pas trainer ici toute la nuit non plus, sinon demain matin on va se retrouver avec des yeux de panda. J’ai rien contre eux, mais si possible j’aimerais ne pas avoir de cernes… Je pense que toi aussi, non ? »




©️ 2981 12289 0




Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1