S H A D E S | Summer D. Gallagher
 :: ii.personnages :: premiers pas :: fiches validées

Messages : 46
avatar
Summer D. Gallagher
étudiant en art + souris
Sam 9 Juin - 15:20

Because people don't have wings... We look for ways to fly - Ukai Keishin

22 ans
Etudiant en art
Souris
Proie
Indécis
caractère
▬ Optimiste / Hyperactif / Perspicace / Très loin d'être naïf / Doux / Bienveillant / Protecteur / Aimant / Anti-discrimination / Tolérant / Sait être ferme / Déteste être vulnérable / A une certaine fierté / Assume les responsabilités / A tendance à se surmener / S'oublie et fait passer les autres avant lui / Convictions et valeurs affirmées / Déterminé ▬  ...


Tu es de ceux qui croient, Summer, les convictions dans le cœur,  la tête haute, tu es un déterminé, un optimiste. Tu aimes plus qu'il ne faudrait, tu espères plus que tu ne le voudrais, ta foi t'enlise et ton optimisme t'enlace, fort, si fort,  parce que tu y crois, Summer, tu y crois, c'est beau et puissant, c'est sublime et poignant. T'y crois éperdument, c'est à t'en casser l'coeur, t'y crois tellement que ça peut faire mal, tu ne t'en rends même pas compte, Summer.
Tu essuies les coulures de la vie du dos de ta main, tu chasses l'ombre d'un simple revers de la main, les mots qui blessent et les maux qui heurtent , ceux qu'on façonne et ceux qui cognent. Et puis, tu nettoies les bavures qui ne viennent qu'entacher les âmes, doucement, délicatement. La colère qui froisse le visage, les larmes qui délavent. Les écarts, les excès et les dérapages, la violence et la haine que tu ne comprends pas, que tu méprises, celles qui te dégoûtent, les répugnantes, les hideuses parce que merde, t'es pas un idéaliste t'as juste un cœur. T'es comme ça Summer, t'as des convictions fortes, si fortes, tu y crois en l'égalité, tu y crois en la bienveillance, tu y crois, personne n'est foncièrement mauvais, personne n'est par nature tortionnaire. Alors tu y crois ouais, y a pas de prédateurs, pas de proies, y a un nous commun et collectif, qui un jour tu le sais, sera clamé haut et fort.

T'es un doux, Summer, tu es un chaleureux, une âme aimante, la flamme dans les yeux, l'coeur en feu, tu protèges, tu surveilles, tu réchauffes  et puis tu rayonnes, tu illumines bien plus qu'il ne le faudrait, tu pourrais t'brûler, Summer, tu l'sais ça, hein ? Oui, mais ta volonté d'aider semble incommensurable, c'est ardent, c'est puissant, tu aimes, tu aimes à t'en arracher l'coeur, mais tu es de ceux qui veillent du coin de l’œil, prêts à rattraper ceux dont les jambes flanchent, ceux dont le corps cède, les cœurs qui craquent, les peau qui cassent, les os qui éclatent et les âmes qui s'fracassent.
Tu es un bienveillant, Summer, un aimant, un protecteur et un prévenant, tu es là pour ceux que tu aimes, tu es là, prêt à te donner corps et âme pour eux, t'aimes bien cette expression d'ailleurs, « se donner corps et âme », c'est puissant et poignant, ça veut dire que t'aimes au point de te donner pour ce en quoi tu crois, pour ceux que tu aimes. Et c'est ça, en fait, parce qu'au fond, t'es juste prêt à t'abandonner.
                                                  Et puis, tu ne t'en rends même pas compte …
                               mais tu es prêt à te perdre.
Et puis t'es là, Summer, toujours avec ton même sourire, t'es là et tu sembles inébranlable, intouchable, fort et puissant, et pourtant, pourtant, si fragile, mais ça, on ne dit pas, ça t'acceptes pas Summer, toi, t'es fort, toi t'es solide. Il le faut, tu le sais qu'il le faut, non parce que sinon t'assumes pas. C'est comme ça que tu dois être, sinon comment tu pourrais aider les autres si tu t'écroules, si tu flanches, si t'es pas aussi solide ? Tu ne veux pas voir les corps s'assombrirent de macules, tu ne veux pas voir leurs sourires se noyer dans leurs profondeurs, tu ne veux pas voir leurs yeux s'inonder. T'acceptes pas d'être impuissant parce qu'au fond, tu as peur Summer, t'as peur de ça. T'as peur de pas pouvoir aider, de pas pouvoir les sauver, de pas être parfait, de pas faire assez, putain t'as la trouille, ton sang s'glace dans tes veines, t'as les jetons, mais t'es pas un peureux, t'es juste un mec peut être un peu trop aimant et optimiste.
Les mots sont les remèdes, le temps est guérisseur, tu le sais, Summer, le sang n'a pas besoin de couler, il n'est que poison, il laisse un goût de fer dans la bouche, métal oxydé. Pas besoin de mots qui sifflent, de mots qui giflent, pour toi la violence n'est qu'acide et la haine corrosive.
Alors tu pardonnes, tu écoutes, tu attends, tu comprends, et puis tu pardonnes, promesse de ta confiance, assurance de ta tolérance, la rancœur, tu connais pas. T'embrasses tes espoirs d'un amour qui te met à feu et à sang.
Parce que tu pardonnes.
Tu acceptes.
Tu tolères.
Trop, certainement trop.
Faut pas se leurrer, ça te fait mal, ça t'entaille et ça te taille, t'es à cœur ouvert, t'es là, t'es là alors qu'au fond t'es juste en décomposition.
La pourriture infâme de la déception.
Plus on aime et plus ça fait mal.
Plus on s'attache et plus ça étrangle.
Tu le sais ça.
Mais t'es incapable de le montrer, c'est pas la peine, ça va s'arranger, c'est de ta faute alors tout va bien.
T'estimes que tu n'as pas à t'exposer, que tu n'as pas à montrer tes plaies, t'as pas à infliger ça aux autres, c'est toi et pas eux.
Ils ont déjà bien assez de leur vie, des fardeaux que l'on porte, rictus de douleur aux coins de lèvres.
Alors tu vis, tu suis la vie sans même prendre la peine d'écarter les ronces qui bloquent parfois ton passage, tu ignores, tu les écartes pour les autres mais pas pour toi.
Peau coupée.
Cœur griffé.
Comme si rien ne t'atteignait.
Parce que ouais, rien est grave, mais tu t'oublies, Summer, tu t'oublies trop, t'es là aussi, tu le sais ça ?
Tu es lumineux, Summer, oui, mais il y a des ombres en toi que tu ne peux faire disparaître seul, il y a des fardeaux que tu ne peux porter seul. Faut l'accepter, accepter que t'as besoin d'aide toi aussi.
T'as rampé dans la boue, t'as heurté des murs, tu t'es cogné à la vie, l'coeur en sang, les mains abîmées, t'as essayé et tu t'es foiré, comme tout l'monde mais faut accepter de devoir tendre la main.
C'est toujours là, ça fait mal, ce sont des choses qui restent en travers de la gorge, remontées acides, ça te brûle, ça brûle à l'intérieur, l'âme cramée, sauf que c'est le deal, c'est le risque, à vouloir trop s'approcher du soleil on fond, on dégouline, et puis on flambe. C'est beau la lumière, le soleil aussi, mais trop c'est mauvais, trop c'est dangereux. T'as eu la peau calcinée, t'as été aveuglé, les yeux carbonisés, mais ça c'est rien, le pire, c'est les poutres qui maintiennent qui se réduisent en cendres. Tu flanches, Summer.
Tu croules et puis t'écroules, mais ça, c'est la fatigue, la même que tu chasses sans cesse parce que bon, c'est pas tout mais y a encore beaucoup à faire, la vie, elle, elle attend pas.
Et puis, toi, t'es fort, c'est ça ?
Sauf qu'à vouloir tout porter, tu te laisses broyer.
À vouloir tout oublier t'en deviens amnésique.
Faut que tu te réveilles, Summer, faut que t'ouvres les yeux, que t'éteignes c'te putain de réveil et ça sonnerie qui te révulse, même si tu veux rester, même si t'agrippent les draps, parfois faut savoir lâcher prise. Tu peux pas être fort tout le temps, t'es pas invincible, t'es pas inatteignable, t'es pas sans peurs ni pleurs, alors faut arrêter de faire genre, faut arrêter d'effacer, d'oublier, de garder, de contenir. C'est pas la solution  tu le sais mais tu peux pas juste abandonner, t'assumes pas, t'aimes pas ça et pourtant tu peux pas ignorer ce qui se déchaîne en toi, la tempête qui se fracasse contre les parois de ton corps et les vagues qui te lacèrent.
Tu peux pas ignorer tout ça.
Mais tu veux croire que tout est possible, tu veux croire que t'es capable d'oublier, tu veux croire que la vie n'a pas encore fait ce qu'elle avait à faire.
Et que tout va bien.
Que tout ira bien.
Un peu de calme, des bras qui enlacent, un baiser du bout des lèvres, un souffle chaud au creux du cou, et de la lumière.
Beaucoup de lumière.
              pour aveugler les yeux qui tenteraient de regarder
Et  peut être aussi, pour sécher les yeux que les larmes et le sel ont noyés.

Parce que ouais, t'es un paradoxe Summer. T'sais, des fois, on a l'impression que tu nous prends pour des cons, parce que tu vois toi, t'es pas aveugle, tu sais voir au delà des mots, tu sais voir dans les yeux, les larmes séchées, les cris étouffés, mais nous aussi, Summer, nous aussi on sait voir. T'es pas bien des fois, hein ? Des fois, tu doutes, tu redoutes, t'es en proie à tes propres démons, ton corps qui se fend, ton corps qui se brise, qui se froisse, qui se plie, qui se tord, et qui se meut, celui que tu bouges sans cesse, hyperactif que tu es, tu t'arrêtes jamais, jamais, mais au bout d'un moment, tu t’essouffles, au bout d'un moment t'es fatigué, faut l'accepter ça, Summer, faut que tu le comprennes.

Ah, bel Icare, tu voles haut, beaucoup trop haut à en oublier les interdits et à t'en faire fondre tes ailes de cire, les flammes sont belles, le soleil est magnifique mais il faut quelqu'un pour te rattraper, quelqu'un pour t'éclairer.






koushi sugawara // Haikyuu



taille :  

1m74 / Pas très grand mais sait s'affirmer et faire savoir sa présence

Carrure :

Fin / pas très musclé / assez gracieux et délicat

yeux :

Noisettes / Pétillants

cheveux :

Teinture grise / Blonds par nature

Autres :

Santé assez fragile / Tombe facilement malade / Frileux




Summer c'est un souriant. C'était le petit garçon là bas qui souriait tout le temps, qu'on pouvait jamais arrêter, c'était aussi celui qui mettait ses poings sur les hanches et qui regardait l'air accusateur ceux qui étaient un peu trop méchants. C'était celui qui avait un sens de la justice accru, qui défendait ses camarades victimes des préjugés et de discrimination.
Summer c'était le héro de la cour de récré. A la maison, c'était l'unique fils, celui dont l'amour de ses parents le comblait, celui qui les admirait. C'était le petit garçon qui surveillait les "un peu trop casse-cou" et qui avait beaucoup trop peur pour eux. C'était celui accourait pour venir passer un peu d'eau sur les genoux écorchés et rassurer aussi.
Summer, c'était le petit garçon à la tête d'ange, le bon copain mais aux allures de papa poule.
Summer, il a grandit. Mais, il est resté le même, y avait toujours Roméo qui lui causait toujours un peu trop de soucis, un Roméo intenable, un peu imprévisible, un Roméo qui lui a dit « je t'aime » comme ça, sans prévenir. Mais Summer, c'est un perdu, un paumé, il se connaît pas parce que Summer connaît les autres mais lui, c'est autre chose. Alors il est celui qui n'a pas entendu, qui n'a pas compris.
Parce que Summer, il s'est oublié. Il est celui qui a grandit et qui s'est perdu de vu et puis Summer, malgré son sens des responsabilités certainement trop grand, c'est aussi resté un enfant, un peu trop sensible et fragile malgré ce qu'il montre, ce qu'il dit. Summer c'est celui qui a perdu sa mère à 20 ans. Il est celui qui n'a pas réussi à faire son deuil mais Summer, c'est celui qui ne dit pas. Il est celui qui a redoublé pour ça mais ce n'est pas grave, il pourra continuer ses études d'arts un peu plus longtemps. L'art c'est son refuge à Summer, il aime ça, réellement.
Summer, il est celui qui a pris la tête de l'association de sa mère, engagé, militant avec beaucoup, beaucoup d'espoir, il est celui qui lutte contre la discrimination.
Summer, c'est un optimiste. Il est celui qui y croit, qui s'oublie, bienveillant et protecteur, prévenant, souriant mais pas naïf, hyperactif, il se surmène, il aime aussi, beaucoup, il est pas violent mais un peu troublé, Summer il est beaucoup de choses et puis rien à la fois, il paraît insignifiant, c'est une souris après tout, mais Summer il est grand, il veut être fort et puissant, il est fragile pourtant, Summer c'est un compliqué, c'est un indécis.
Mais, surtout, Summer, il n'arrêtera jamais d'y croire.






by solvia


J'vous aime, beaucoup trop d'impatience tbh ,
j'aurais pas du poster maintenant mais voilà, c'est fait, so,
beaucoup beaucoup de love en espérant que Summer vous plaise =w=
Reiseisa








Messages : 208
Localisation : centre ville
avatar
Dallas Douglass
staff + furet beurré
Sam 9 Juin - 15:57

ok
très
bien
cry

t'as fait de la toute petite base de summer, un truc bcp trop magnifique, ptn ta plume est si belle et elle lui convient parfaitement, j'te jure j'ai lu d'une traite, g rien pu faire, jsuis tombée in love, oublie roméo stp jui là moi cry

BREF DEJA BIENVENUE !!!!!
j'ai rien à dire, tout est tellement parfait, ton irl, ton écriture, ta plume, tout, vrmt, jpp, jsuis bcp trop émue wlh, jvais te stalk si fort cry

BREF EN TOUT CAS COURAGE PR LES EXAM ETTTTTTTTT

félicitation - tu es validé(e) !

Félicitations ! Tu es enfin un habitant de ZOOTOPIA <3 On te souhaite tous de t'y plaire et d'y vivre le plus longtemps possible <3

Tu vas pouvoir poster ta fiche de lien pour pouvoir avoir des liens entre thérianthropes ; tu pourras aussi créer ton téléphone, ton listing rp et tes applications internet si tu le souhaites ! ✿

Au niveau des listings, il sera obligatoire que tu passes par le recensement des avatars et si tu as un double compte, il faudra le signaler ici ! Il faudra aussi que tu recenses ton animal. Pour les avatars irl, ne t'inquiète pas, c'est facultatif et tu peux le trouver à cet endroit ! Tu devras aussi indiquer ta profession, ici !

On t'fais plein d'bisous








Messages : 106
avatar
Sheitan O. Sparrow
funambule + serpent
Sam 9 Juin - 23:30

LJBLZBEFZBFME

Trop contente que tu sois là pipou ♥️






Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1